Voiliers du monde
X - Y - Z
Xingu-mu syn. mu. – Pirogue  en planches, à fond plat, construite par la tribu des Gilyak dans le bas Amour (Sibérie septentrionale). Elle a des bouchains carrés et des flancs verticaux. L’avant pointu est constitué de deux planches façonnées vers le haut, alors que le dessous est un prolongement du bordage. L’arrière est coupé pour former tableau et servir de siège au barreur  (dimensions moyennes : L: 8 m, B: 1 m, C: 0,35 m). Les coutures du bordage sont calfatées avec de la mousse et recouvertes d’une latte chevillée. Une pièce est rajoutée en renfort sur les bouchains pour prévenir l’usure lors des plageages. Lors des transits une fargue est montée pour augmenter le franc-bord. Parfois une voile carrée montée sur deux espars est hissée. Yacht - orth. yac, yacht, jacht, iac, iacq, hyac, iacht (17e). – syn.  jacht (hol.), yaegt (norv.). – étym. du hollandais ""jagt"", chasse, terme utilisé pour désigner les yachts royaux. yachts déssinés par Morel-Fatio 1.     Le yacht est apparu en Angleterre dans les années 1660 et était utilisé alors comme éclaireur, comme transport de personnalités ou pour la course. D'ailleurs, Savérien parlait de yacht d'avis. Il était au début gréé comme un cotre ou un ketch avec un mât. Plus tard, les plus grands furent gréés carrés, et classés comme vaisseaux de 5e ou 6e rang. 2.     Petit bateau de promenade des 17e et 18e siècles, d'origine hollandaise, à faible tirant d'eau, ponté avec un mât à gréement aurique, avec dérives latérales. La grand'voile se ferle sur la corne et le mât, car il n'y a pas de bôme (il y a cependant quelques gréements avec deux mâts à voile latine). L'arrière est assez relevé, alors que l'avant reste plus bas avec une étrave courbe, et porte un bout de beaupré, plus décoratif qu'utile. On retrouve des bateaux similaires au Schleswig- Holstein et dans l’est de la Frise. 3.     Embarcation norvégienne à étrave haute et arrondie avec un mât à voile rectangulaire. 4.     Terme générique des bateaux de plaisance depuis le 19e siècle, tombé un peu en désuétude de nos jours. (Dideort, Bethel, Javault)                                               Yanca'atwat syn. yanina'atwat, stryzhok. - Pirogue monoxyle du nord Kamchatka (Russie) très légère malgré son mode de construction. Yanno Sampan de mer japonais pour la pêche du thon à la ligne. On en trouve deux types, l'un dans le district de Shizuoka, l'autre dans le district de Shiba. Le premier est un trois-mâts à voiles carrées traditionnelles (dimensions moyennes : L : 14 m, B : 3 m, C : 1,20 m). Le deuxième est un peu plus petit (dimensions moyennes : L : 10 m, B : 2,70 m, C : 1,10 m), et ne porte qu'un mât. (Kerchove) Yaque - voir yacht Yao zhou - var. yao chou ; waist boat (ang.) - Terme chinois du 12e siècle pour désigner tout engin flottant permettant à une personne de traverser des petits passages d'eau. Yathra Oruwa  – syn. yathra doni. - Embarcation cousue de Ceylan décrite par le père Neyret  en 1904. Elle a un seul balancier et peut emporter une cinquantaine de tonnes. Le gréement comprend deux mâts simples avec des voiles au tiers. (Neyret) Yawl - étym. de l’ancien scandinave « yol ». 1.     cf. dundee. 2.     syn. skiff, yawl de Cork - Petit bateau de pêche non ponté de Kilkeel (Irlande du Nord) avec une étrave pointue et portant une voile au tiers et un foc. 3.     Ancien canot de guerre anglais, construit avec bordé à clins, ressemblant à une petite pinasse. Il était propulsé par 4 ou 6 rames. 4.     Canot à rames norvégien aux extrémités effilées avec un arrière à tableau. 5.     syn. dandy - Aux Etats-Unis, actuellement, un voilier à deux mâts, avec gréement marconi, avec la barre située entre les deux mâts. (warrington, PP17p4 Cork) , Yacht Charter Guide(5)) yawl américain  yawl (A.Clouet) Yawl canoë syn. canoe yawl (ang.). - Voilier de croisière gréé en cotre de 20 à 30 pieds de long pour une largeur de 6 à 10 pieds, avec un arrière en forme de canoë et une étrave arrondie. L'une des voiles avant était roulée sur un rouleau en bois. Yawl de Greencastle, yawl de Donegal - cf. dronthiem. Yawl Goélette - syn. schooner yawl(ang.), schoner yawl (all.). - Goélette ayant une bôme raccourcie pour manœuvrer mieux dans les récifs. La perte de surface de la grand-voile est compensée par un petit tape- cul. Yecabuquts  – Pirogue monoxyle du nord-ouest du Pacifique, utilisée par les indiens Makah du cap Flattery (dimensions moyennes : L : 6 m, B : 75 cm). Elle est montée par deux hommes, un pagayeur et un harponneur (pêche au phoque). Yel – Pirogue monoxyle à double balancier de la baie de Weda dans les Moluques, recouverte d'un abri prenant appui sur les bras des balanciers (dimensions moyennes : L : 8 m, B : 60 cm). Yen-tai-shuan  – Jonque de transport à quatre mâts que l'on trouve dans le golfe de Petchili (Chine) (dimensions moyennes : L : 25 m, B : 6 m). Elle porte de 50 à 60 tonnes. (kerchove) Yole n.f.- syn. gig (1) ; yole, yol (4) (ang.). 1.     Petite embarcation étroite à avirons, originellement bordée à clins. 2.     Petite embarcation de pêche de le Gironde apparue à partir de 1914, d'abord sous la forme d'une embarcation de 5,85 m à tableau arrière, naviguant à l'aviron (puis au moteur) et utilisée comme annexe des coureaux et des sloops. On l'appelait alors yole lormontaise (du nom de la ville de Lormont). Elle fut supplantée par un modèle à moteur aux extrémités pointues, conçu par le chantier de La Reuille, dans les années 1930, en gardant les mêmes dimensions. Elle possédait une dérive sabre à l'avant pour pouvoir faire de la voile occasionnellement. Mais il y avait aussi des yoles un peu différentes : yole de Bordeaux (plus droite et avec un avant moins galbé que la yole lormontaise), yoles de Bourg  et de Pauillac (avec un avant plus élancé et plus haut).  Depuis 1970, les yoles sont construites en plastique. 3.     On a quelques fois donné au 19e, le nom de yole-baleinière aux yoles. 4.     En Vendée, la yole ou biscayenne existe depuis le 17e siècle au moins. C'est une petite embarcation mue à l'aviron que l'on trouvera dans la région jusqu'au début du 20e siècle. 5.     En Saintonge, chaland à fond plat que l'on propulse avec une perche. 6.     syn. canot-yole. - Au temps de la marine à voile, c'était l'embarcation la plus légère du bord avant le canot. Elle allait à voiles et à rames. (CM23p33, Bonnefoux,Vial de Clairvois, 1793). Yole de course  – syn. racing gig, race boat (ang.). - Canot à avirons (2 à 6) dérivé de la yole, long et étroit, conçu pour la course. Les plus petits font 8 mètres, mais les plus grands modèles atteignent 14 mètres, leur largeur restant la même : 1 à 1,25 mètres. (kerchove) Yole de l’île de Fair  - var. Fair Isle jol ou jol ou yoal Yole voisine des yoles de Ness (les deux ports ne sont pas éloignés) mais gréée avec une simple voile carrée. (cm48p42) Yole de la Martinique  – syn. yole ronde. - La yole de Martinique est de conception récente. Elle a été inventée dans les années 1940 pour remplacer le gommier monoxyle, le bois nécessaire se faisant rare. C'est un voilier de pêche non ponté, construit à clins, effilé aux deux extrémités avec l'avant et l'arrière quasiment verticaux (dimensions moyennes : L : 8,50 m, B : 1,50 m). Il a un ou deux mâts avec gréement à livarde. A l'aube du 21e siècle, ce bateau est essentiellement utilisé pour la régate. Le mât doit être très solide pour supporter l'énorme voile carrée. Il est gouverné au moyen d'une longue pagaie en bois d'angélique, les membrures sont en bois de poirier et la vergue en bambou. Sa longueur standard est de 10.50 m en 1994. L'équipage de régate est de 12 à quatorze hommes, dont la plupart sont ulisés pour le rappel. Il existe deux variétés hybrides de yoles rondes : les BB yoles, et les yoles tôle.   yole de Martinique Yole de Ness - var. yawl, yoal, Dunrossness jol ou jol ou yoal ou yole - Bateau non ponté, à quille, construit avec bordé à clins, étrave et arrière pointus et légèrement élancés, des îles Shetland et Orkneys, disparu au début du 20e siècle, après avoir atteint son apogée à la fin du 19e siècle. Les formes sont plus pleines à l'avant qu'à l'arrière (dimensions moyennes: LHT: 6,50 m, B: 1,60 m, C: 50 cm). Le dessin des formes variait d'un constructeur à l'autre. Propulsé normalement par trois paires d'avirons, il avait une barre à mortaise. Il pouvait porter un mât (voire deux mâts et un beaupré selon certains auteurs) avec une voile à mi-chemin entre la voile carrée et la voile au tiers, et amurée sur le bordé selon la tradition des îles. (CM48p42,  PP17p3( , Martitime3 pp49) Youyou - n.m. - var. dinghy, gig (ang.) ; dingy, dingey (Can.) 1.     Plus petite embarcation de servitude des bords. Sa petite taille lui interdit toute navigation lorsqu'il y a des vagues. Les youyous sont, au repos, amarrés coque à l'envers sur le pont ou bien mis à la remorque du navire. La prame est une variété de youyou. 2.     En 1882, le youyou est gréé avec voile à livarde en forme de trapèze et foc. 3.     Petit canot chinois servant dans les rivières, ports ou rades bien fermés, propulsé à la godille, celle-ci étant emplantée sur la tête d'un clou. Yu chuan - var. yu tch'ouan. 1. - Terme générique pour désigner un bateau de pêche en Chine. 2. - Transport de poisson vivant utilisé pour ravitailler Shangaï depuis les fermes piscicoles de la côte (dim. moyennes : 11.3 x 2.6 x 0.9 m). Il porte un court mât avec une voile carrée. (Greenhill) Yu maya $ "- var. flat boat. - Pirogue en planches de la Catawha (sud-est des USA) propulsée par un aviron de 3.1 à 3.7 m de long. (Greenhill) Zabra n.f. – orth. zabre, zavra. – étym. de l'arabe. Navire de 100 à 200 tx du 17e siècle utilisé par les ibères pour le transport en Méditerranée, au Moyen-Orient et jusque sur les côtes atlantiques. Les basques en construisaient pour les portugais. Ainsi dans l'Invincible Armada, on comptait 13 zabras allant de 165 à 660 botti, avec 13 à 19 canons et 57 à 140 hommes d'équipage (soldats non compris). On l'utilisait aussi pour la course et la pêche. (Blot, Ducéré) Zaimoku bune - Bateau japonais de transport de grumes au 14e siècle au Japon. (Turnbull, Stephen R. - The samourai tradition -  Synapse, 2000, t2p112) Zapata chalana – Ce terme s'applique à une variété de chalanas (voir ce terme) ayant en commun un avant pointu et retourné vers l'arrière. Ce sont des plates très conventionnelles de 4 à 5 mètres de long avec parfois un petit pontage tout à l'avant. Ils sont construits en pin de l'Oregon importé comme la plupart des bateaux péruviens. Son avant élevé et retourné lui permet de surfer sur la barre de la côte. La zapata chalana est conçu pour naviguer à l'aviron. (MM53-4)   Zaroug – orth. zaruk, zarouka, zaruka, zarug, zaruq', zarûk, zarak (ang.). - Boutre de la Mer Rouge avec l'avant très élancé, un arrière pointu et un étambot vertical arrivant sous le pont. Il peut avoir un ou deux mâts. On a de petits zarougs de 8 à 11 mètres utilisés par les pêcheurs yéménites sur la côte érythréenne, accompagnés par des petits houris d'où les hommes pêchent à la ligne à main. Les dimensions moyennes des zarougs normaux sont de 23 x 6 x 9,50 mètres pour 100 tx.  (Kerchove, Clouet) zaroug Zeesenboot – Chalutier mi-ponté des côtes du Schleswig-Holstein et de la Poméranie, gréé en ketch ou au tiers selon les ports, avec des dérives centrales ou sous le vent. Le grand-mât porte une voile à corne non bômée surmontée d’un flèche et deux focs dont l’un est amuré sur l’étrave et l’autre en extrémité du bout-dehors horizontal et long. Le tapecul a une petite voile au tiers. La coque, à fond plat, bordée à clins au début du 19e siècle avec une étrave arrondie et un étambot en cimeterre dont le gouvernail épouse la forme. On note un petit rouf à l’avant. Ce bateau pêche en dérivant sous voiles (dimensions moyennes : 10 x 4 x 3,20 mètres).  (Kerchove, Duron) Zeimah – syn. zaima (ang.). - De même taille que le zaroug, donc bien adapté au cabotage en Mer Rouge, le zeimah a un arrière à tableau qui, s'il lui fait perdre quelque peu en performances nautiques, lui permet par contre d'emporter des charges intéressantes. En fait ses caractéristiques sont identiques à celles du sambouk dont il ne diffère que par la plus petite taille. Le zeimah ne dépasse pas les 60 tx. Il est construit principalement au Yémen à Hodeidah.  (Kerchove, Clouet) Zeimah à Aden (photo A. Clouet, 1968) Zélande  - n.f. - Navire rond du Moyen Age. Zermônes - syn. sermones - étym. de l'arabe "djerme". - Navire de charge byzantin du dernier quart du 11e siècle. (Planhol) Zohrak étym. du sindhi "jaurak". Transport fluvial du Haut Indus réputé plus rapide et tirant moins d'eau que le doondar. (MM11-2) Zoppolo – Bateau de pêche non ponté de la côte croate. Il est creusé dans un tronc d'arbre avec un bordage en planches. La stabilité est améliorée par une sorte de balancier transversal de 3 mètres. Il fait une longueur d'environ 4 mètres pour un mètre de large.  (Kerchove) zoppolo Zulu - Massif bateau de pêche écossais gréé au tiers, de 9 à 27 mètres de long (pour une largeur pouvant atteindre 7 mètres avec un creux de 4 mètres). L’étrave est droite, la quille très lourde et l'étambot très incliné. La coque d’abord construite à clins au début du 19e siècle, sera plus tard construite à franc-bord. Il a deux mâts avec grand-voile (7 bandes de ris) et voile arrière au tiers (cette dernière est fixée à l’arrière sur un long espar). Le grand mât et l’artimon sont souples sans haubans ni étais. Le foc est amuré sur un bout-dehors dépassant l'étrave de 3 mètres. En 1921, les écossais distinguent le zulu yawl plus petit que le zulu boat.  (Kerchove, Warrington, Duron, MM19-1) Zumaca - Petit voilier rustique du Rio de la Plata (Brésil), à deux mâts avec une voile avant au tiers et une voile arrière à corne. (Kerchove)
Voiliers de travail - (c) tous droits réservés 2016-2018 - contact : dossiersmarine@free.fr