Voiliers du monde
V
Va'a – orth. vaka, waka, wangga, vaga, va - Terme générique de la Polynésie et de la Mélanésie pour qualifier des pirogues à bordages ou monoxyles (autrefois), à balancier. Les variations d'orthographe dénotent simplement les prononciations qui varient d'une île à l'autre. va’a contemporain dans les textes : - "radeaux et les petites pirogues à balancier manœuvrés à la pagaie pour la navigation et la pêche côtière" (Lavondès) Va'a-alo – Pirogue à bordage des Samoa aux lignes identiques à celles du pao-pao. Une quille en bois dur parcourt la longueur de la pirogue, légèrement creusée pour permettre la fixation de ce qui va constituer le bordage.  Le balancier est en balsa. Ce bateau est utilisé par deux rameurs et un pêcheur. Va'a-katea – Pirogue double de l'île Cook. Va'a-motu - Pirogue tahitienne à balancier et à voiles utilisée pour les relations inter-îles et la  pêche.   La coque longue de 10 à 13 mètres est travaillée dans un ou deux troncs et au moins une rangée de bordés ligaturée au-dessus des bords plats.  La traverse avant du balancier supporte une étroite plate-forme permettant à un homme de faire contrepoids si nécessaire.  Le type de voilure est différent suivant les archipels. (Lavondès) va’a motu Va'a no'o - Pirogue double de Tahiti, avec un tableau arrière oblique. Elle était manœuvrée par des pagayeurs qui pêchaient le thon à la ligne avec de grandes cannes. (Lavondès) Va'a-poti - Pirogue à balancier des îles Marquises. (Kerchove) Vaca orth. waka, waga, vakau - syn. vala. - Pirogue à balancier de l'archipel des Tonga (Polynésie) de 12 à 20 mètres de long. La coque est cousue sur des membrures préformées en pin. La proue est sculptée et la poupe est très relevée pareillement sculptée. Elle est gouvernée avec un aviron latéral. Elle est amurée sur l’étrave. (Päris) Va-faten - Pirogue monoxyle à balancier des îles Carolines avec des extrémités élancées. Une plateforme couvre une partie du centre de la pirogue et déborde même un peu du côté du balancier. (Kerchove) Vaga-ue orth. vaga-ue (ang.) - Pirogue de l'île Woodlark (Nouvelle-Guinée) gréée avec une grande voile ovale plate, dont la taille peut dépasser les quinze mètres. Le bordé est fait de trois ou quatre virures donnant un creux d'environ 1,5 mètre. Ces pirogues naviguaient sur de longues distances. (kerchove) Vagueux - Bateau fluvial français. Vailly - Bateau fluvial français. Vaisseau étym. du bas latin "vascellum", diminutif de "vas", vase. - orth. vexeau (pl. Vexeaux)(15e) - syn. navire, bâtiment, vaissel (au Moyen Age) ; ship-of-the-line – Outre son sens littéraire de "navire important", le terme de "vaisseau" pour désigner un navire "rond" important, semble être devenu courant après la publication de l'Ordonnance de Colbert relative au classement des navires de guerre en cinq "rangs". Le terme s'appliquait à cette époque aussi bien aux navires marchands que militaires.Néanmoins on parlait de vaisseaux avant Colbert. Des vaissels* sont décrits en 1341 comme étant pontés aux deux extrémités, avec des voiles carrées et un gouvernail à l'arrière. Ils pouvaient alors "porter de seize à dix-huit tonneaux de vin". On parlait même de vaissels de pêche. Ainsi le 24 janvier 1629, le sieur de Gassie** commande aux chantiers bordelais six vaisseaux (trois de 450 tx et trois de 500 tx). La taille ne semblait d'ailleurs pas être un critère de définition, puisqu'à la même époque (1683-1684), à Bordeaux***, on trouve trois vaisseaux marchands de respectivement, 45, 130 et 200 tx. Le petit, armé de 7 hommes et de 2 canons, naviguait de Rotterdam au Portugal. De quoi relativiser la définition du vaisseau ! Ce terme est utilisé au 18e siècle pour désigner un navire devant naviguer en pleine mer (mais conservant cependant une trentaine d’avirons) et jaugeant de 500 à 1 000 tx. Au siècle suivant, ce terme est plutôt réservé aux seuls vaisseaux de guerre. * Tranchant – op.cité p 164. ** D'après le rapport d'inspection de Leroux d'Infreville datant du 31 mai 1629. *** Demerliac – La marine de Louis XIV – Nomenclature des vaisseaux du roi  Soleil  – tome 1 pp253-254. (Bonnefoux, PP 91, trousseboeuf) Vaisseau amiral syn. vaisseau pavillon. - Nom attribué au vaisseau transportant l'amiral et son état-major. Vaisseau de compagnie - Nom donné aux grands bâtiments de la Compagnie des Indes et de son homologue anglaise. Ces bâtiments avaient une batterie ouverte et pouvaient recevoir de l'artillerie. (Bonnefoux) Vaisseau de décharge syn. transport. - Bâtiment qui servait tà porter les approvisionnements des vaisseaux de guerre. (TLF, Vergé-Franceschi) Vaisseau de guerre - syn. vaisseau de ligne, vaisseau de haut-bord, vaisseau de bas-bord ; ship-of-the-line, ship of war, man of war(ang.). Dassié  définit ainsi le vaisseau de guerre du 18e siècle : "Vaisseau se prend generalement pour toute sorte de bastimets de mer, de quelle maniere qu'ils soient. Il y a des Vaisseaux de haut bord & des bas bord. Les Vaisseaux de haut bord sont, le Galion, Pataches,nommez par les Anglois Ramberges, Flûtes, Flutbots, Pinaces, Fregates, Barque longue, Pontons, Bruslots, Heuts, Gabarres, Caravelles, Caramouffats en Turquie. Vaisseaux de bas bord, sont, la Galeasse, la Galere, la Galiotte, le Brigantin, Fregate, Fregaton, Felouque, Polaque, Hyac, Caïcs, Fuste, Ourque, Chatte, Canot, Rat, Alliege, Chalouppe, Tartane, Barque, Barquatte, Barquerole, une Gribanne, Quesche, Tronc, Polacres, Pescadoux, &c." - Au 19e siècle, désigne tout navire de guerre qui avait plus d'une batterie couverte (en pratique des niveaux de 1er, 2e et 3e rang, rarement de 4e rang). Napoléon avait en 1808, créé les équipages de haut bord pour armer ces vaisseaux, et réservé les équipages de flottilles aux autres navires plus petits. (Bonnefoux) Vaisseau de la religion - Nom donné aux vaisseaux de l'ordre de Malte. Vaisseau de ligne - syn. navire de premier rang, vaisseau de premier rang, vaisseau trois-ponts, trois-ponts- Au 19e siècle, navire de 120 canons ou ""bouches à feu"", comme on disait à cette époque, répartis en trois batteries couvertes plus la batterie des gaillards." (Bonnefoux) Vaisseau rasé – Nom donné à des vaisseaux dont on rasait le pont supérieur, souvent pour en améliorer les qualités nautiques. Vaisselet – Terme générique pour désigner un petit navire à la Renaissance. (Joinville) Vaka - voir Waka. Vala vathai  – Bateau indien du détroit de Palk que l'on retrouve sous deux versions. L'un est monoxyle et à bordé avec un mât gréé avec une voile au tiers, carrée, haute. Le balancier est fait avec une planche tenue par un hauban allant en tête de mât, ce qui permet de changer de côté sans problème. Les hommes se positionnent à l'extrémité de la planche au vent. De ce bateau est issu le pagalai kattu vathai.La deuxième version est un bateau construit à clins, étroit à fond rond  et gréé avec trois mâts avec voiles carrées au tiers. Il a un grand gouvernail central et des dérives latérales (dimensions moyennes : L : 13 m, B : 1,40 m, C : 75 cm). Valboeiro - Bateau fluvial du Douro (Portugal). (PP17p8) Vanagi syn. vai. - Pirogue monoxyle à balancier de Papouaisie (entre les caps Possession et Rodney). Son avant est prolongé par une plateforme lui donnant un nez carré. Une longue plateforme s'étend des deux côtés en étant supportée par le balancier. Ces pirogues sont souvent gréées avec un voile en tresses lacée sur deux mâts verticaux parallèles. (kerchove) Vaquelotte vaquelotte – Embarcation de petite pêche du Cotentin apparue au milieu du 19e siècle et qui a duré jusqu’au milieu du 20e siècle. Elle mesure de 6 à 8 mètres pour une largeur de 2 à 2,50 m et un creux de 1,50 m). Elle est construite à clins ou à franc-bord, avec un étambot incliné. Le mât principal est ordinairement placé au premier tiers de l'avant. Elle porte une misaine au tiers, un tapecul au tiers et un foc. (CM63, PP30) Var syn. war. - Pirogue monoxyle à balancier de Ponape (îles Carolines) (dimensions moyennes : L : 8 m, B : 4 m, C : 40 cm). (Kerchove) Varrinho – Bateau de pêche portugais, non ponté, à fond plat. On y adjoint des fargues par mauvais temps. Vascello 1. Nom italien du vaisseau. 2. Barge non propulsée, utilisée en Italie pour la pêche au thon. Seules les extrémités sont pontées. La cale est divisée en plusieurs compartiments. Elle sert à récupérer le thon dans les pêches à la ""tonnara"" (dimensions moyennes : L : 15 à 22 m, B : 2,50 à 3 m, C : 1 à 1,30 m). Velacciere – Trois-mâts sicilien avec le mât de misaine gréé carré, les deux mâts arrière à antennes et un foc. Velachero – Deux-mâts de cabotage espagnol avec le mât de misaine gréé carré et le grand mât à antenne. Velocera – Caboteur italien. Véro - Autre nom des gabares de la Rance - cf. gabare. (Warington) Vetka – Petit bateau que les Chukchi de la Sibérie septentrionale utilisent sur l'estuaire du fleuve Anadyr. Le fond plat est fait de trois planches, les flancs étant faits avec une planche. Les planches sont cousues entre elles et étanchées avec du coaltar. Il est propulsé avec une double pagaie. Sa longueur est d'environ 5 mètres pour  ½ m de large. (Brindley, Kerchove) Vexeau - plur. Vexeaux. - cf vaisseau. Viareggini – Equivalent italien de nos bricks-goélettes français. Ils se caractérisaient par une mâture très haute, les deux mâts étant survoilés. Le gréement, datant du 19e siècle, portait quatre focs, cinq étages de voiles carrées, quatre voiles d'étai et une énorme brigantine. Les derniers viareggini ont fréquenté Marseille en 1938. (NEP179pp30) Vinda syn. winta. - Pirogue cousue de Whitsunday (Queensland, Australie), faite de trois pièces de bois fibreux, dont les fibres servent en même temps à relier les pièces. Elle atteint deux mètres de long. (Kerchove) Vinta – Pirogue à double balancier, à voiles et à rames, du sud des Philippines. La coque est monoxyle, relevée par des fargues faites de feuilles ou de planches. Les extrémités sont en fourchette avec des décorations. La partie centrale de la coque est couverte par un pont en bambou amovible, alors que les extrémités sont ouvertes pour les rameurs. Le gréement varie selon les villages. Leur capacité varie de 4 à 40 tonnes. (Kerchove) Visaak - syn. Aak, aakschip, aek, Friese aak, vischeraak, visseraak, vissermansaak. - Terme général en Frise Hollandaise pour désigner des bateaux de pêche et les bateaux qui transportent le poisson.  Des types plus grands travaillaient à partir de fin du 18e sur les côtes de la Mer du Nord. C'étaient des bateaux à fond plat, sans quille, aux extrémités et bouchains arrondis et l'arrière haut et recourbé. La coque était en bois puis en acier, ils prirent alors le nom de lemmeraak. Ils ont été motorisés après la 2e guerre mondiale. Ces bateaux sont pontés et marchent à la rame ou à voiles. Pour ce faire, il est muni d'une voile au tiers, voire d'un gréement complet de ketch pour les plus grands, et d'un foc sur le beaupré. (Greenhill, PP12p43) visaak Vlet – Bateau de pêche du Zuiderzee, construit à clins avec un arrière à tableau. Ce bateau est plutôt utilisé comme bateau de charges par les pêcheurs. Il y a une voile à livarde avec une voile d'étai avant. Sa longueur maximale est de 9 mètres. (Kerchove) Vlote - Sorte de gabare pontée d'Amsterdam au 18e siècle. (Vial de Clairvois, 1793) Vlote-scute n.f. - Nom d'une sorte de gabare hollandaise. (Bonnefoux) Voirolle – barque de pêche normande, non pontée, à deux mâts, avec voile au tiers, d'environ 3 tx. (Kerchove) Vollans - Probablement traduction du vlie-boot hollandais du 16e. Ce bateau n’est cité que par Antoine de Conflans. - cf flibot. Voyler syn. follyer, tuck net boat. - Bateau non ponté, construit à franc-bord, utilisé dans les pêcheries britanniques. Le bateau à l’avant effilé et à tableau arrière, était équipé avec quatre bancs de nage. Le gréement consiste en deux voiles au tiers, une grande voile principale et une petite voile d’avant. Vuzziteddi – Petit bateau de pêche sicilien avec deux ou trois bancs et un mât à voile latine. (Kerchove) Vuzzo syn. gozzo, vuzzariello. - Bateau à rames et à voile utilisé dans la baie de Naples, de 4 à 6 mètres (son frère de la côte calabraise est plus long : 9 mètres environ). C'est un pointu avec un mât portable, emplanté sur l'avant, avec une quête en avant. Il porte une voile latine. D'après certains auteurs, le terme gozzo est en fait un nom générique dans le sud de l'Italie et en Sardaigne pour les petites embarcations à voiles latines.
Voiliers de travail - (c) tous droits réservés 2016-2018 - contact : dossiersmarine@free.fr