Voiliers du monde
TO - TZ
Tochtschuyt - syn. dryver – orth. tochtschuiten. - Bateau hollandais du 17e siècle, gréé de voiles à livarde, et portant à l'arrière deux grosses perches pour traîner le filet. (PP12p46) Tokai bune - var. kobaya. Bateau à passagers du 14e siècle. Il assurait le trafic inter-îles au Japon. Leur nom variait selon leur port d'attache. Turnbull cite l'exemple du kokura bune qui desservait la localité de Kokura dans l'île de Kiushiu. (Turnbull, Stephen R. - The samourai tradition -  Synapse, 2000, t2p112) Tonda'am - Pirogue de pêche de Tawi-Tawi, île de l'archipel philippin de Sulu, de la tribu nomade des Bajau. Elle est similaire au pilang, mais plus petite. (Arlo Nimmo). Tone - Au Moyen Age, bateau de parade chinois. (Cleirac) Tong boat Skiff de 5 à 8 mètres non ponté, gréé avec un mât et voile à livarde utilisé pour l'ostréiculture en Caroline du Nord (USA). (Kerchove) Tongareva (pirogue de l'île -) – Pirogue à balancier polynésienne sans voile. (Neyret, NEP188) Tongatabo (pirogue double de -) orth. tongatabou, tongatapu. - Sorte de catamaran relié par une plateforme entre les deux pirogues, muni d'un mât  court très incliné sur l'avant. Il se termine à son sommet par une fourche supportant l'antenne avec une voile en "pince de crabe". (Lescalier) pirogue simple de Tongatabo Tongatabo (pirogue simple de -) – Pirogue à balancier avec le mât identique à la pirogue double, portant une voile latine. (Lescalier) Toni – Bateau de pêche en forme de pirogue de la région de Bombay. La partie basse de la coque est  creusée dans un tronc, le bordage est tenu par des clous et des cordages. Il y a un semblant de quille aux extrémités. Les coutures sont rendues étanches avec du brai  (dimensions moyennes : L: 8 à 9 m, B: 1,40 m, C: 0,60 m). Il est propulsé à la rame ou à la voile, celle-ci étant une voile latine sur un petit mât incliné sur l’avant. (Kerchove) Tonkang syn. tongkung, tonkang malayu ; tonkang (ang.). - Grand chaland de la péninsule malaise utilisé comme allège de grumiers avec deux mâts sans quête à voiles auriques et un long beaupré qui porte trois focs  (dimensions moyennes : 32 x 10 x 5 m). (Noel, Kerchove, MM26, D.W.Waters -The tongkangs) Topeto – Bateau vénitien, construit à fond plat, avec des flancs verticaux au maître bau et un avant long et incliné (dimensions moyennes : L : 7 m, B : 2 m, C : 90 cm). ((Kerchove) Topsail barge - Barge de la Tamise avec un petit hunier en haut du mât principal, pour mieux naviguer en mer. (Blackburn) Topo orth.toppo. Bateau de pêche à fond plat de l’Adriatique. La coque est partiellement pontée, l’étrave élancée arrondie, l’étambot plus droit et arrondi supporte un gouvernail profond  (dimensions moyennes : L: 10 m, B: 2,50 m, C: 0,80 m). Il n’a pas de quille. Il est gréé avec un ou deux mâts démontables avec voiles au tiers bômées, amurées sur le pied du mât, et un foc amuré. Marzari  donne de ce bateau une description assez différente. Il le présente comme un bateau de lagune de 5 à 8 m utilisé par la suite comme annexe de la tartane. (Kerchove, Buisson, Duron) topo Tortola cutter – Bateau ponté de Tortola (îles Vierges) construit en bois massif avec une étrave droite légèrement inclinée, un arrière à tableau. Il a un petit capot sur l’avant, une écoutille au milieu et un puits pour le gouvernail à l’arrière  (dimensions moyennes : L: 7 m, B: 2 m, TE: 1 m). Le gréement est fait d’une grand-voile triangulaire et d’un foc recouvrant. (Kerchove, MM56) Tortue  - n.f. - Embarcation du 16e siècle, dont le pont est relevé de manière à former une sorte de toit, pour le transport des passagers en rade ou le transport des soldats. (Buisson, Cleirac) Tosher – Petit bateau de pêche de la côte ouest de l’Angleterre, gréé en yawl. C’est un terme générique pour désigner un bateau plus petit que le bateau normal d’un type donné. On parle ainsi du Mevagissey tosher pour désigner un petit  lougre de Mevagissey. (Kerchove) Toucang - . Bateau de pêche du détroit de Malacca, de 8 à 10 mètres de longueur. Les voiles sont faites de petits roseaux disposés parallèlement entre eux et pouvant se rouler sur une vergue inférieure. Il est gouverné par un aviron latéral. Le mât est implanté sur l’avant avec une voile à livarde ou au tiers bômée. (Bonnefoux, Buisson) Toue - n.f - syn. chaland, allège. toue cabanée de Loire 1.    Anciennement, embarcation de la Loire à voile carrée suspendue par son milieu. A la fin du 19e siècle les plus grandes ont 38,40 m de long, 5 m de large et 2,35 de tirant d'eau à pleine charge. Elles jaugent au maximum 400 tx. Selon certains auteurs, les toues se déplaçaient essentiellement entre la Noirie et Roanne dans les années 1850, où elles descendaient le charbon avec des charges ne dépassant pas les 30 ou 40 tonnes. Elles naviguaient accouplées à plusieurs (une dizaine en général) avec un marinier sur chaque toue et le patron de l'ensemble s'appelait un routier. Elles étaient alors vendues sur place pour être déchirées (détruites). Certaines ont une grande voile carrée lui permettant de ne pas être constamment halée ou propulsée avec une perche. Elles sont alors gouvernées avec un piautre immense. 2.     La toue en bois, qui naviguait sur le canal du Centre était similaire à la cadole, si ce n'est dans quelques particularités de construction 3.     La toue cabanée est un bateau de pêche fluvial portant une cabane pour le transport des passagers. (PP13p63, Berna, Grangez, Duron, Baudouin) Toueur - Bateau fluvial français de remorquage propulsé par halage sur un câble placé sur le lit de la rivière. Utilisé à partir de 1850, il servait aussi de bac. (Berna, Duron) Toup – Caboteur malais à trois mâts gréés avec des voiles au tiers. La voile de misaine, au contraire des autres voiles lattées verticalement, est lattée horizontalement. Une cabane est installée sur les baux qui traversent le pavois. (Buisson) Tow-meng syn. monsoon junk. - Jonque cantonaise, pontée aux extrémités, utilisée principalement pendant la mousson. L’avant est en forme de V, le milieu a des formes arrondies et l’arrière à tableau a des formes en V. La coque comprend plusieurs compartiments étanches (dimensions moyennes : L: 18 m, B: 4 m, C: 2 m). Elle a trois mâts.  (Kerchove) To-xinh Sampan non ponté similaire au tuyen-loi indochinois, propulsé avec un rameur et un godilleur. (Kerchove) Trabac  n.m. – syn. trabaccolo (it.). trabaccolo 1.   Bâtiment de commerce de l'Adriatique aux extrémités très arrondies avec deux mâts avec des voiles au tiers bômées, transfilées en bas sur la bôme . La voilure est complétée par deux focs sur bout-dehors. Ce bâtiment est connu depuis le 17e siècle. Au 19e siècle, ce bâtiment est principalement utilisé pour la guerre de course. La coque comprend une quille, une étrave très cambrée, voire rentrante vers le haut, un étambot courbe puis droit dur les unités les plus récentes. Il y a un grand panneau central  (dimensions moyennes : L: 29 m, B: 6 m, C: 2,10 m). Le mât arrière est le plus haut. Le gouvernail peut être relevé jusqu’au niveau de la quille. Comme tous les bateaux vénitiens, ces bateaux sont ornés de peintures sur la coque et les voiles. 2.   Plusieurs variantes existent, comme le trabac de pêche, mais beaucoup plus petit (12 à 21 mètres) (voir le bragozzo). On a vu parfois des trabacs à trois mâts. (Warrington, Buisson, CM64,  Kerchove, Duron) Trahandilla – Bateau maltais non ponté, à rames. Il a une voile à livarde. (Kerchove, Duron)) Traille - n.f. – syn. trail bridge (ang.). - Bac se propulsant entre deux rives par halage sur un câble tendu entre les deux rives comme la toue. Traînière étym. de « treña », filet et du suffixe« ero », chargé de, en espagnol. – syn. trainera, lancha trainera (Esp.) ; treinerua (basque). 1.     Baleinière basque aussi connue sous le nom de biscaïenne (voir ce mot) utilisée pour la pêche à la baleine du 9e au 14e siècle Ce bateau conçu pour l'aviron a une section quasiment cylindrique et des lignes tendues. Il ressemble à la chaloupe basque, mais est plus étroit et possède un franc-bord moins élevé  (dimensions moyennes : L: 10 m, B: 1,80 m, C: 0,60 m). Il a douze à quatorze rameurs. Le bateau est gouverné par un aviron de queue ou un safran à barre courte. Mais ce gouvernail ne permet pas de corriger la dérive, aussi y adjoint-on une dérive latérale mobile. Le gréement est constitué de deux mâts inclinés (la misaine légèrement vers l’avant, le grand mât vers l'arrière) avec voile au tiers. Ce gréement est d’ailleurs peu utilisé. Cette baleinière est utilisée depuis le 18e siècle pour des régates, avec un poids nettement allégé (200kg contre 750kg). Les régates actuelles se font avec des traînières de 12 mètres de long, à 13 rameurs, sur un temps d'une vingtaine de minutes. 2.     La revue basque Bertan en donne une description un peu différente. La traînière décrite fait douze mètres de long et avait généralement neuf bancs de nage, soit 18 rameurs. Elle avait été conçue à l'origine, certes pour la haute mer, mais pour pêcher la sardine à la bolinche et non la baleine. Ses qualités nautiques (manoeuvrabilité et vitesse) la firent préférer au canot sardinier traditionnel. 3.     Ce nom sera donné à un bateau utilisé par les anglais, hollandais et danois à partir du 16e siècle. (Buisson,  Kerchove, CM61, Duron) Tranki – Bateau du Golfe Persique utilisé pour la pêche aux perles, non ponté, aux extrémités identiques. (Kerchove, Guillet) Transport syn. vaisseau de décharge, flûte (18e) ; storeship, transport (ang.). – Nom générique pour désigner tout navire auxiliaire avec un petit armement défensif, issu de la transformation de navires marchands ou, plus rarement, de vaisseaux de guerre. Dans ce dernier cas, une batterie était désarmée. Transport de troupes  – syn. troopship, trooper (ang.) – les transports de troupes à voile étaient des bâtiments de guerre ou des navires marchands, non spécialement aménagés, tant cette utilisation était courante. Trata - Petit navire de guerre grec utilisé jusqu'en 1830. Traversier 1.     Bateau de pêche de la seconde moitié du 18e siècle de la région rochelaise. La voilure comprend un seul phare carré à une ou deux voiles et un foc. (Buisson, Duron) 2.     Synonyme de ponton au 17e siècle. (Aubin, Javault) Trawler étym. du hollandais "traghel ", filet à drague. – Nom anglais du chalutier. Trébisonde - n.m. - Petit navire turc, avec un long mât placé aux deux tiers de l'avant, avec une voile carrée. Il est tonturé, pointu de l'avant et rond à l'arrière. (Bonnefoux, Duron) Trehandiri - var. trehantiri. - Bateau grec utilisé par le port de Hydra depuis le 17e siècle. Il ressemble à une petite caique avec des formes pleines et une étrave courbe. Ces bateaux portaient moins de 10 tx. (Delis, MM100-1) trehandiri (DR) Tremanningar – Harenguier aux filets dérivants, non ponté, de l'île Gotland, dont le nom veut dire "bateau à trois hommes", car il a effectivement un équipage de trois marins. La coque a une quille profonde, un avant courbé et un arrière très incliné. Elle est construite à clins avec cinq barrots (dimensions moyennes : L : 8 m, B : 2 m, C : 65 cm). (Kerchove) Treroring - cf. sunnmorsbaad. Triakontère  –  syn. triacontore. - Galère du début du 3e siècle à 30 rangs de rameurs (15 par bord). Trière n.f. - étym. du grec « trêrês ». - syn. dromon (Grèce). - Galère grecque du 7e siècle avant JC, à trois rangs de rames superposées (sur trois ponts) ou à un rang avec trois rameurs (dimensions moyennes : L: 39 m, B: 5,40, TE: 1 m, pour 100 tonnes). Elle embarque 170 rameurs, 15 matelots et 15 soldats. L’éperon n’apparaîtra qu’au début du 10e siècle. Le pont inférieur est à trente centimètres au-dessus de l’eau. La voile, carrée à l’origine, se transformera en voile latine au Moyen Age. Comme les navires de cette époque, le gouvernail est constitué par une rame. (Buisson, Valturio) Trikandiris étym. du grec “coureur”. - cf. tsernic. Trincadour - n.m. - syn. Trincadura (esp.) - étym. de " trincadura", à clin. - Chaloupe militaire espagnole, des 18e et 19e siècle. C'étaient les seuls bateaux espagnols construits à clin au 19e. Par la suite ils adoptèrent la construction à franc-bord. Le trincadour était armé de mortiers ou de pierriers. La marine française en a équipé quelques-uns à Bayonne. (Bonnefoux) trincadour Trinquard - Petit navire de pêche de la Manche du 17 au 19e siècle. (Buisson) Trirème   étym. nom latin de la trière – syn. trirem (ang.). – cf. Trière romaine. Troinik  – Bateau de pêche non ponté utilisé par les Samoyeds de la Mer Blanche. La coque est faite d'un tronc d'arbre creusé, rehaussé sur ses flancs par une virure (dimensions moyennes : LHT: 4 à 6 m, B: 60 à 90 cm). On trouve quatre à six barrots qui servent de support aux fargues. Deux quilles de bouchain faites avec un madrier permettent de tirer le bateau sur la glace. Un mât amovible avec voile à livarde est utilisé quand il y a des vents favorables. Sinon, le bateau est propulsé à la rame. (Kerchove) Trois-mâts syn. three-master, 3 masted, three masted vessel (ang.). - Navire à trois mâts : misaine, grand mât et artimon. Trois-mâts barque - syn. bark (ang.), three-masted bark (ang.). - Voilier dont le mât d'artimon est gréé d'une voile aurique. Le "Belem" est un trois-mâts barque. Trois-mâts carré - syn. trois-mâts franc ; full rigged ship, square rigged three masted ship (ang.). -  Trois-mâts n'ayant que des voiles carrées sur les mâts. Trois-mâts goélette   cf.  goélette à trois mâts. Trois-mâts latin - Trois-mâts à voiles auriques. Trois-ponts  – syn. three-decker (ang.).- Vaisseau à trois batteries couvertes. (Gruss) Tronc 1.  Au 15e siècle, bateau naviguant sur la Seine pouvant emmener deux chevaux. Il portait 30 tx. Il avait un mât avec hune, mais marchait aussi à l'aviron. Il avait deux gouvernails latéraux. (Anthiaume) 2. Bateau semblable au ketch du 17e, mais mâté en fourche. (Dassié, 1776). 3. cf qaiche. Trow n.f. - Sorte de barge utilisée sur les côtes et les estuaires des îles britanniques, qui peut atteindre 100 à 200 tonnes de port. La coque a deux murailles verticales, un fond plat et un arrière carré très large. Elle est complètement ouverte sauf aux extrémités, avec seulement 2 ou 3 barrots. Les anciennes trows étaient gréées en ketch. (Kerchove) Truno – Pirogue australienne de la tribu Niggerikudi sur la rivière Batavia (Péninsule du Cap York). (Kerchove) Tsao-shuan –  syn. chao-chow junk. - Jonque de Chao-Chow (Kwantung) de 250 à 300 tonnes (dimensions moyennes : LHT: 43 m, B: 11 m, C: 5 m). (Kerchove) Tsaotsze ch'uan syn. double boat, snake boat, grass boat (ang.). - Bateau chinois du fleuve Peiho, detaille très variée pouvant atteindre 50 mètres de long pou une largeur de 6 mètres. Il est fabriqué en deux sections avec des compartiments étanches. Les sections sont reliées par deux traverses en bois placées aux extrémités et amarrées par des cordages. (MM22-4) Tsernic syn. trikandiris, kalandiccis - tserniki (gr.) - Scaphe de grande taille avec un mât à hunier et un deuxième foc amuré sur un bout-dehors. (Buisson) tsernic (A. Cherini) Tshappa Allège de la Mer Noire, propulsée par un aviron de galère. Tsukupin – Grande pirogue à balancier de Yap (îles Carolines) avec de grandes extrémités en col de cygne. Elle porte un mât avec une voile triangulaire. Elle est utilisée par la pêche des poissons volants. (Kerchove) Tucker  syn. tuckerkahn. - Bateau de pêche non ponté, à arrière pointu, construit à clins, semblable au tagler en plus grand. Sa longueur à la quille atteint 20 mètres. On le rencontre dans le Stettiner Haff (Mer Baltique). (Kerchove) Tuckerpolte - Variété de polte à un mât pour la pêche à l'anguille sur la côte prussienne. Ces bateaux travaillent en bœuf en dérivant dans le vent. Ils sont pontés et ont un vivier au centre (dimensions moyennes : LHT: 14 m, B: 6 m, C: 2 m pour un port d'une quinzaine de tonnes.). (Kerchove) Tukang - Petit bateau à quille et bordage du détroit de Malacca, gréé avec un mât et une voile de lougre. Sa longueur varie de 8 à 11 mètres. (Kerchove) Tumbilung - Pirogue monoxyle des îles Sangi et Talaud (nord-est des Célèbes), munie de deux mâts malgré sa petite taille. (Kerchove) Tundraka gai  - Terme générique pour les embarcations de l'île Nias (à l'est de Sumatra) utilisées pour la pêche aux lignes traînantes. Les plus petites sont monoxyles. (Kerchove) Tuppal  – Pirogue monoxyle à balancier australienne des Kokolamalama (Princess Charlotte bay, North Queensland). Le flotteur, placé sur tribord, est relié par six bras passant dans des trous faits dans les fargues. (Kerchove) Tuyen-luoi syn. tuyen-dang. - Sampan à fond plat de Port-Wallut Bay (Indochine) de 6 à 8,5 mètres, recouvert sur presque toute sa longueur d'un rouf semi-circulaire en bambou tressé. Il est propulsé par deux rameurs. (Kerchove) Twakow  – Caboteur de Singapour ponté aux extrémités. Il a deux mâts et des voiles chinoises (dimensions moyennes : LHT: 19 m, B: 7 m, C: 2,50 m). (Kerchove) Twingutu - Pirogue monoxyle à balancier des îles Tonga de 5 à 6 m de long. (Kerchove) Txalupa - syn. Lancha manjuera, bonitera, txalupak ; chaloupe basque (fr.) - Dériveur mi-ponté long d’environ treize mètres et comptant de dix à onze bancs de nage. Embarcation de pêche non pontée, ventrue. Selon les ports, elle peut mesurer de 12 à 15 mètres. La coque à faible tirant d’eau est ronde avec des extrémités rentrantes et recourbées. Le bordé est rehaussé de fargues Elle est gouvernée par un large safran et une dérive latérale. Elles sont propulsées par deux douzaines de rameurs et portent en plus deux mâts avec voile au tiers. La misaine est tout sur l’avant du bateau. Elle était utlisé pour la pêche de la bonite en été dans le golfe de Biscaye. En hiver, on pêchait la dorade rose. A l'origine non ponté, les autorités maritimes imposèrent l'implantation d'un pont étanche, étant donné le grand nombre. (Bertan) txalupa en 1917 (DR)
Voiliers de travail - (c) tous droits réservés 2016-2018 - contact : dossiersmarine@free.fr