Voiliers du monde
Voiliers de travail - (c) tous droits réservés 2016-2019 - contact : dossiersmarine@free.fr
Afrique de l’Est : Kenya,Tanzanie et Zanzibar Navires présents dans notre répertoire alphabétique. Mtepe Jahazi Ngalawa Les navigateurs arabes apparaissent sur les côtes de l'Afrique dès le Moyen Age. A l'époque, le trafic est orienté majoritairement vers le trafic des esclaves et du bois de mangrove. Ils ont maintenus de trafic jusqu'à nos jours limité aux marchandises et au bois de mangrove. De nos jours nous trouvons les quatre types suivants : - Le mtepe - La pirogue monoxyle peut revêtir plusieurs formes selon qu'elle a un ou deux balanciers ou pas de balancier. La pirogue sans balancier ne peut évidemment être utilisée que dans des eaux abritées. Dans cette catégorie se range le Ngalawa. Les flotteurs des balanciers sont faits avec des planches minces et ont des extrémités pointues. Les détails de leur construction sont en fait très variables, de même que leur mode de fixation à la coque. Tous les espars sont fait avec du bois de mangrove. Le mât peut être fait avec une ou plusieurs pièces, supporte une voile de sétie, Il n'a pas d'étai à l'avant, mais seulement un patara volant. - La pirogue à bordé a les mêmes caractéristiques que le pirogue monoxyle et ne se dsitnue que par la présence d'un bordé an planches; - Le boutre, comme la pirogue n'a pas de caractéristiques bien définies, ni quant à la taille, ni quant à la forme. A l'origine les deux extrémités étaient pointus, mais dès le 16e siècles, l'influence européenne se fait ressentir dans les détails de construction. Ainsi, actuellement, les arrières pointus et les arrières à tableau coexistent. Les arrières à tableaux sont de plus en plus présents car ils permettent de placer facilement des moteurs hors-bords. Notons au passage que ces moteurs servent essentiellement aux manœuvres, la voile restant le principal moyen de propulsion en route libre.Les boutres utilisés pour la pêche à la seine ont majoritairement un avant de "clipper". Le boutre le plus largement utilisé actuellement est le "boutre de Lamu" (ou jahazi en langue swahili) caractérisé par une étrave presque verticale, un tableau, une bâche couvrant la marchandise (il n'y a toujours pas de pont) et une grande voile de sétie enverguée sur une antenne beaucoup plus longue que la coque.