Voiliers du monde
LA - LH
Lacca  – Bateau à rames de l'Océan Indien au 16e siècle, construit à la manière des gondolines de Venise. Il est certainement à rapprocher du malais ou du polynésien lãka qui est un terme générique pour toute pirogue à balancier.  (Jal 2) Lachsangelboot – Bateau de pêche de l'est de la Prusse. La coque est à clins, avec une quille,une étrave très inclinée. Il porte des dérives latérales. Il y a un mât amovible avec une voile à livarde et un foc.  Ses dimensions moyennes sont de 8,30 à 12 mètres de long pour une largeur de 2,50 à 2,70 mètres et un creux de 30 à 45 centimètres. (Kerchove) Lacon  – Forme d'acon. (Jal 2) Laguito – Embarcation du 15e siècle. (Jal 2) Lahut  n.m. – orth. laut, laüt, lut. –  Embarcation de pêche longue et étroite de l'Ouest méditerranéen. Il est généralement ponté et plus petit que la galiote. Sa présence est attestée du 14e au 18e siècle. (Jal 2, Duhamel du Monceau, Murat, Macaire) Laka - Terme générique pour désigner toute pirogue à balancier en malais et en Polynésie. (Jal) Laive  - Embarcation méditerranéenne du 17e siècle. (Jal 2) Lakadjilo - orth. lakanjilo (ang.) - étym. du malais ou du polynésien "laka", pirogue à balancier. - Pirogue monoxyle à balancier de la côte nord-ouest de Madagascar de même forme que le lakadrao. Sa taille est celle des plus gros lakadrao (8 à 10 mètres). Elle est gréée avec une voile latine. Le mât assez long, est placé sur l'avant et traverse un banc de nage et n'a pas de haubans, mais seulement un pataras repris sur le milieu du bras du balancier. (Neyret, NEP130, kerchove) lakadjilo (DR) Lakadrao - n.m. – syn.  lakandrao (ang.). 1.     C'est la pirogue de pêche la plus courante de l'île de Nossi-Bé (nord-ouest de Madagascar). La coque monoxyle est en "V"  très marqué à l’avant et à l'arrière. La partie monoxyle arrive juste au ras de l'eau. Elle est relevée par un bordé chevillé dans la partie monoxyle, et consolidée par des membrures et des barrots formant banc. L'étrave est relevée par une pointe rapportée, le "tsetaka". C'est cette pièce qui différencie le lakadrao du lakadjilo.  La longueur varie de 3 à 8 mètres. Les deux balanciers sont dissymétriques. Le contre-balancier est à bâbord, plus petit et semble ne servir que comme point de tire pour la voile. Le lakadrao est gréé avec une petite voile rectangulaire en hauteur soutenue par deux espars. 2.     On donne aussi ce nom à des annexes de boutres, construites sans bordé additionnel. (Binet, Kerchove, Neyret, NEP130) Lakadrao (DR) Lakafiara – syn. lakanfiar (ang.). - Pirogue monoxyle à double balancier de l'ouest de Madagascar à la quelle est rapportée une sorte d'étrave décorative horizontale ayant des vertus magiques selon les pêcheurs. Ce bateau, très mal connu, puisque disparu depuis la fin du 19e siècle, était réservé à la pêche des tortues (animal sacré). La coque est en "V" et la proue a un dessin complexe. Elle peut mesurer de 8 à 9 mètres de long. Une petite voile carrée est supportée par deux espars. (Petit, Kerchove, Neyret, NEP130) Lakampiara – Pirogue du nord de Madagascar de 8,60 m avec des balanciers débordant de 1,70 m de chaque bord. La voile est hissée sur deux espars placés dans des encoches sur la ligne centrale de la coque. Cette coque est monoxyle à la base, mais rehaussée par une fargue de chaque côté. (Kerchove) Lakana  - Terme générique des pirogues monoxyles Betsimisaraka (tribu de l'est de Madagascar). On distingue deux types. Les grandes pirogues aux extrémités effilées atteignent 9 à 10 mètres de long. Les plus petites ont un franc-bord plus faible et des extrémités aplaties. (Kerchove) lakana  (DR) Lakandrafitra - Pirogue utilisée à Madagascar pour la pêche à la baleine (dimensions moyennes : L : 9 m, B : 2 m). La coque monoxyle est rehaussée de fargues chevillées ou ligaturées. (Jal 2, Vérin) Lakarakisy - Pirogue monoxyle à balancier de Nossy-Bé. Cette pirogue de charge d'une taille importante (dimensions moyennes : L : 11 m, B : 1,10 m, C : 1 m) a un franc bord élevé. Elle est assez rare. (Binett, Neyret, NEP130) Lakatoi 1.     Pirogue monoxyle à balancier des îles Salomon, gréé avec une voile triangulaire. Cette voile a une pointe au pied du mât et les deux autres pointes en haut à la même hauteur enverguées sur des espars en bambou. Les extrémités de la coque sont symétriques, le balancier étant toujours placé au vent. (Buisson) 2.     Sorte de catamaran de la Papouaisie, fait de deux (parfois plusieurs ?) pirogues monoxyles assemblées entre elles et recouvertes d'une superstructure faisant pont et supportant une ou deux cabines. Il portait deux voiles en fibre de palmier dites en "pince de crabe" très originales remplacées au 20e siècle par une voile rectangulaire. (Kerchove, Duron, MM54-4) Lambequin - Variante de chébec. (Jal 2) Lambok - Petit voilier de charge de l'île de Lamalera (mer de Florès – Java). (CM1566 & 165)     Lambut  1.     Prao des îles Madura et Bali. 2.     Petit bateau de l'est de Java à gréement de cotre et avec un gouvernail à l'européenne. (Kerchove) Lamparo             1.     Senneur de la côte algérienne. La coque a des extrémités identiques. De ces bateaux, ont été construits des similaires en Espagne et en Italie aux trois-quarts pontés. Ils ont une grand-voile latine et un foc, maintenant remplacés par un moteur. Ils doivent leur nom au mode de pêche de nuit avec un feu, dit lamparo,pour attirer les poissons. 2.     De nos jours, désigne toute embarcation pêchant au lamparo.              (Kerchove, Duron) ) Lancashire shrimper ou Lancashire nobby – cf. nobby.     (Kerchove)      Lancetta – Bateau de pêche à faible tirant d'eau, opérant le long de la côte est de l'Italie. La coque est identique à celle du bragozzo, mais en beaucoup plus petit puisqu'il ne dépasse les cinq tonneaux. Le gréement comprend une voile au tiers et un foc. (Kerchove) Lancha - cf lanche. Lancha calera – Bateau à voiles et à rames basque. La coque a un avant vertical, unequille avec une dérive et un arrière pointu (dimensions moyennes : LHT: 15 m, B: 3,40 m, C: 1,20 m). Il est gréé avec deux mâts à voiles au tiers. (Kerchove) Lancha caminha – Bateau de pêche du nord du Portugal, ponté uniquement au milieu, avec un mât avec voile au tiers. Il fait une dizaine de mètres de long. (Kerchove) Lancha trainera - cf. traînière. Lancha velera – Petit caboteur avec gréement à corne très répandu sur les côtes chiliennes en particulier dans l'archipel de Chiloé. (MM53-4) lancha velara Lanchang 1.     Voilier à deux ou trois mâts de la péninsule malaise. Ces mâts sont inclinés sur l'avant, les deux premiers portant des voiles au tiers de forme carrée, l'artimon portant une voile aurique. Il a en outre un bout-dehors supportant deux focs. La coque construite à franc-bord a un avant de clipper surmonté d'une galerie. On trouve à l'arrière une cabine de pont et une galerie surplombant l'étambot vertical. Il y a deux gouvernails latéraux. 2.     syn. pukat. - Bateau de pêche de Achin (nord de Sumatra), à quille, aux extrémités pointues et propulsé à l'aviron. 3.     Ce terme désigne aussi plus généralement, un prao malais, ponté aux extrémités et gréé avec un mât et un beaupré. (Kerchove) Lanchang toaru – Bateau malais de Bandar avec deux mâts à pible et des voiles auriques.La coque est courte pour un bau important, avec une étrave inclinée, un arrière pointu et un gouvernail avec une barre. Il a un petit abri derrière le grand-mât.        Lanchara – Navire malais à rames du 16e siècle. Certains de ces navires avaient unéquipage de 80 rameurs et 120 soldats. Le mot lanchara a donné le mot portugais "lanchara", puis le castillan "lancha", puis l'anglais "launch".  (RM442)    Lanchen.f. – étym. de l'espagnol ""lancha"", chaloupe. – syn. lancha (esp.), launch (ang.). 1.     La lanche est un avant tout un terme générique pour désigner des petits bateaux à partir du 16e siècle, voire des annexes, non pontées, propulsés à la voile et à rames, dans la péninsule ibérique. La lanche s'est répandue en France sur la côte atlantique avec des voiles au tiers et un arrière pointu. Sa quille remontait vers l'arrière, l'étambot étant plus court que l'étrave. Elle a disparu de nos côtes au milieu du 19e siècle. (Kerchove, Buisson, Ducéré) 2.     Grosse chaloupe pontée d'origine maltaise, pouvant jauger 40 tx et employée comme allège. Elle mesure 15,40 m de long pour une largeur de 4,20 m avec un fond plat qui lui permet d'avoir un tirant d'eau réduit à 80 cm. L'avant est droit, l'arrière est généralement carré ou en porte à faux ou encore rond. La voilure est faite d'une seule voile latine. Elle est souvent confondue avec la lanche atlantique. (Kerchove, Bonnefoux) 3.     Embarcation fluvio-côtière de Bahia (Brésil) d'un faible tirant d'eau, gréée avec deux mâts à voile carrée. Le grand mât est très incliné sur l'arrière. Au Brésil, on trouvait au 19e siècle des lanches à 18 avirons. Le modèle semble avoir évolué vers un trois mâts, sans beaupré, et seul le mât de misaine porte des voiles carrées, les deux autres mâts portant des voiles auriques non bômées. La coque était pontée aux extrémités avec un arrière rond surmonté d'une superstructure. (Kerchove, Bonnefoux) 4.     On parle encore de lanches pour désigner des embarcations à voiles latines utilisées par les pêcheurs Imraguen du banc d'Arguin (en Mauritanie). Elles sont les descendantes des bateaux abandonnés par les pêcheurs canariens au 19e siècle sur le banc. ( S.&V. fév. 1999) Lancia  – Petit voilier de l'Adriatique avec un mât et voile au tiers (deux mâts sur les plus grands). (Duron)  lancia Lancione - Petit bateau des côtes ligures.  (Delis) Langada – Embarcation de la côte de Malabar (Inde), constituée de deux parties jointes ensembles (16e siècle). (Jal2) Langaios  n.m. – Embarcation des côtes africaines (17e).   (Jal2) Langar  - syn. senau brick - Sorte de brigantin avec le mât avec grand voile carrée. (Vial de Clairbois, 1793)           Langard - n.m. - C'est un brigantin ou un brick-senau à deux mâts, qui porte, outre sa voile de brigantine, une grande voile carrée au grand-mât (appelée voile de langard au 18e siècle). Le gui en est plus court pour faciliter la manœuvre. (Willaumez, Javault, Lescallier) Langoustier  syn. homardier - Cotre des côtes bretonnes et tout spécialement de Camaret, équipé pour la pèche aux langoustes. Ils portaient généralement un vivier pour garder les langoustes vivantes. Leurs dimensions étaient assez variables : sept mètres et une douzaine de tonnes pour les plus petits, et jusqu'à 30 mètres et 110 tonnes pour les plus grands.    Langskip étym. du nordique, "long bateau" – Drakkar de près de 80 mètres de long avec 60 bancs de rameurs. (Buisson)      Lantcha   - n.m. – Caboteur malais à formes européennes et à voilure de chasse-marée. Onnote des aménagements typiquement malais comme les deux gouvernails latéraux avec leur mèches fixées à un portique de poupe, des fargues sur l'arrière, prolongeant le pavois à la manière des chébecs, une cabane en jonc sur le pont avant.               (Bonnefoux, Buisson) lantcha Lantéas - n.m. - Grande embarcation utilisée au 19e siècle par les négociants occidentaux de Canton et de Macao. (Bonnefoux) Lantione  - n. f. - orth. latione. - Galère qui navigue le long des côtes de la Chine au 18e siècle   Laou n.m. –Embarcation de pêche à gréement latin de la région de Cadix.   Laoutello étym. de "laout", barque de Cadix - syn. lautello (it.) – Petit bateau de pêche sicilien au mât très incliné sur l'avant et doté d'un tapecul, les deux mâts portent une voile latine. Le grand mât peut se voir rajouter une gabiole par vent arrière. Le bout-dehors, presque horizontal, porte deux focs. La coque est à fond plat, large au centre, ronde à l'avant (l'étrave se prolonge au-dessus du plat-bord dans un but décoratif) et en cul-de-poule à l'arrière, qui porte des bordages en forme d'aile. Il mesure 7 à 11 mètres et peut porter 3 à 5 tonnes. (Buisson, Kerchove, Trogneux) Lapi – syn. épil. - Nom générique pour les pirogues monoxyles à balancier de la Nouvelle-Guinée britannique. Elles sont munies de fargues qui, dans le milieu de la pirogue, servent aussi de support à une plate-forme. Les tailles varient de 5 à 17 mètres. Elles ont un mât avec voile oblongue bômée. (Kerchove)       Lapis syn. tapague. – Sorte de chaland de petit fond, propulsé à l'aviron, qui se rencontre sur les rivières Philippines.       Lasse - n.f. – Embarcation à fond plat, non pontée, des pertuis charentais, avec mât à voile aurique parfois accompagnée d'un foc sur bout-dehors et d'un tape-cul, utilisée par les ostréiculteurs. Elle marche plus souvent à la rame, et maintenant au moteur. Elle est très effilée avec avant pointu et arrière à tableau, et mesure de 12 à 20 pieds (le pied de 0,324 m est toujours utilisé en Charente). Elle a une dérive centrale et un safran relevable. Son bordé caractéristique est fait de bordages transversaux comme sur les pousse-pieds. La lasse se meurt de nos jours du fait de la concurrence des chalands en aluminium.   (Dictionnaire de lOcéan, Duron, Buisson, Kerchove)     latinadika - syn. lateener (anglais). - Evolution au milieu du 18e siècle du sahtouria levantin. (MM100-1)            Latione - Navire chinois utilisé par les corsaires au 18e siècle. C'est une sorte de galère à 16 rangs de rameurs, soit 8 de chaque côté et 6 hommes par rang. (Vial de Clairbois, Panckouke) Laud - cf. jabega.        Laungzat – Voilier birman avec mât bipode à grande voile carrée et parfois un hunier. La coque d'une vingtaine de mètres, est de forme très arrondie avec une poupe particulièrement relevée. Il est gouverné par un aviron de queue latéral. Un abri est placé sur le pont au tiers arrière.     (Duron) Lavandière – Bateau fluvial du 19e siècle de la Vilaine et du canal d'Ille et Rance.  (PP13)         Lazarettto – Coque adaptée pour le logement des hommes en quarantaine à l'époque où cette pratique était courante en Angleterre. Le concept et le nom sont d'origine italienne.    Legia - vaisseau léger de l'Antiquité. (Valturio, 1555) Leith smack syn. Leithpassenger schooner, Scottish packet, Leith passenger smack – A une époque où il était plus rapide pour aller de Londres en Ecosse, de prendre la bateau que la route, ces smacks au départ de Leith en Ecosse étaient appréciés pour leur rapidité et leur régularité.  (Bethel) Lelayan – Grand prao à trois mâts de la côte ouest de Sumatra avec deux gouvernails latéraux et une poupe à galeries. La cale couvre la longueur du bateau est surmontée d'un toit. Le lelayan d'Achin a deux balanciers. (Kerchove)       Lembus - pl. lembi - var. leny, rampi, lignum. Vaisseau court et léger selon Virgile.  Au Moyen Age, c'est un terme générique en Méditerranée pour désigner tous les navires légers. (Valturio, Macaire) Lemsteraak  n.m. - Péniche hollandaise à voiles, à fond plat et dérives latérales du Zuiderzee. Il porte un mât avec un grand mât à corne courte et deux grands focs. Sa longueur atteint les 16 mètres. S'il était utilisé pour la pêche à l'origine, son utilisation est essentiellement plaisancière depuis le 17e siècle   (CM20) lemsterrak (A.Clouet)   Léontophore – Gros navire antique de 1600 hommes avec, probablement 16 rameurs par bord.          Lepa-lepa - syn. kole-kole (à Buron), pakur (golfe de Mandar). - Pirogue monoxyle avec ousans balancier (à Halmahera et Ambon), que l'on rencontre dans les Moluques et le sud des Célèbes. Parmi les différents types connus, on note le lepa-lepa palewai, avec un balancier, un mât avec voile à livarde (la bordure est beaucoup moins longue que la têtière) et un gouvernail latéral. Le lepa-lepa padari, quant à lui, a deux balanciers et une grande voile carré avec hunier et gui, typique de Macassar.          (Kerchove)       Lerret  - Bateau à avirons et à voiles, construit à clins, d'origine nordique, de la région de Portland (Angleterre). La coque a un bau très large, un fond plat (dimensions moyennes : 6 x 2,40 x 0,90 m. pour un tonnage de 3 à 4 tonnes). Le lerret peut avoir de 2 à 6avirons. Il porte deux voiles, une principale au tiers et une voile arrière à livarde.             (Kerchove, PP17)       Lesteur - Bateau fluvial français.   (Berna)          Lété-lété  - Voilier indonésien d'une quinzaine de mètres construit à bordage, du détroit de Macassar (Célèbes). Il a un petit roof au milieu. Il est gréé avec un mât à voile triangulaire , la pointe en bas. (Corre, Cm24, Kerchove, Duron) Leudo rivano  - Voilier de 11 à 13 mètres de long, ponté ou demi-ponté de Riva Trigoso (Italie). La coque construite à franc-bord, est à quille avec un arrière pointu, le pont a un bouge important. Le gréement comporte un mât avec une quête, une voile latine et un foc.  (Kerchove) Leuto - Bateau de pêche de la côte dalmate avec une grande écoutille au milieu (dimensions moyennes : 8 x 2,50 x 2 mètres, pour un port en lourd de 4 à 5 tonnes). Sur l'avant, il a trois écoutillons sur tribord et deux sur bâbord. A l'arrière, se trouve un petit cockpit pour le barreur. Il porte un mât sans quête, une voile latine et une voile en tête. Il y a eu des leuto à deux mâts. (Kerchove)       leuto dalmate (A. Cherini)                        leuto quanero (A. Cherini) Leutu - Deux-mâts sicilien de Trapani. La coque est à quille avec une étrave droite revenant en arrière et un arrière carré surmonté d'un faux couronnement. Ses dimensions moyennes varient de 16 à 22 mètres de long pour 4 à 7 mètres de large, pour un tonnage de 30 à 60 tonnes. Le pont a un bouge prononcé et deux écoutilles. Le leutu a un gréement latin avec un mât principal avec une quête en avant et un artimon placé très en arrière. Le beaupré porte deux voiles.  (Kerchove)       Leva leva  – Pirogue de mer monoxyle des tribus Ingura et Nungubuyu de la côte ouest du golfe de Carpentaria (Australie). Les extrémités de la coque sont surélevées (dimensions moyennes : LHT: 8 m, B: 1 m).  (Kerchove)     
Voiliers de travail - (c) tous droits réservés 2016-2018 - contact : dossiersmarine@free.fr