Voiliers du monde
G - Gh

Gabare - cf fiche

Gabareau orth. gabarot, gabarrot, gabarotte. – syn. small lump (gb).

1.         Nom donné aux petites gabares en Dordogne. Il ressemble au courpet en plus petit (de 8.75 à 12.25 m). Il existait des gabarots de pêche encore plus petits (5.5 à 7 m). 2.         Les gabarots de la Sarthe et de la région rennaise sont des sabliers encore utilisés au 20e siècle avec un mât rabattable vers l'arrière. Les extrémités sont pontées et la cale divisée en deux. (Baudouin, Buisson, Berna, Bonnefoux, Bourdé (1773))

Gabasse  - n.f. - Navire de commerce utilisé dans le nord de l'Europe au début du 19e siècle, et dont le gréement ressemble à celui du ketch.

(Bonnefoux)

Gabbard- n.f. 

- Bateau de pêche sans quille et à fond plat, ressemblant beaucoup au herring coat de la rivière Slaney (Angleterre), mais se limitant à la navigation en rivière entre Wexford et Enniscorthy. Il s’est développé au 19e siècle et sa taille pouvait atteindre 13 à 20 mètres de long. Monté par deux hommes, il avait un mât avec une voile aurique. La gabbard est en tout point similaire à la Rye River barge et à la Bridgewater barge  qui naviguent sur des plans d’eau différents. (MM70-4, MM71-1)

Gabbart – Bateau anglais du 19e siècle naviguant sur la Clyde et présenté comme un

bateau popntu aux extrémités, fait pour naviguer en mer.

Gaeta

– Bateau de pêche à demi-ponté de la côte dalmate. La coque à quille a une étrave légèrement courbée, un étambot vertical et un arrière pointu (dimensions moyennes : LHT: 5,30 à 8,60 m, B: 2 à 2,60 m, C: 1,50 à 2,20 m). Le gréement comprend un mât avec une voile au tiers et un foc. gaeta (A. Cherini)

Gagali

- Petit bateau côtier de la Mer Noire, gréé en brick, avec une étrave incurvée vers l'intérieur, un tableau en V et un gouvernail extérieur. Le tableau arrière se caractérise par un bordage vertical avec un étambot à l'extérieur. Le pont va de l'avant à l'arrière avec trois écoutilles, dont un large panneau central. Ses dimensions moyennes sont de 13 à 25 mètres de long pour 4 à 7 mètres de large avec un creux de 2 à 3,5 mètres. (Kerchove, Duron) gagali (A. Cherini)

Gaiola

gaiola - Gros bateau à passagers du fleuve Amazone (Brésil). L'origine, c'était un bateau à vapeur à aubes, similaire aux bateaux du Mississipi.. Les bateau actuels portent 600 tonnes et quelques 300 passagers. Ils sont construits en bois et aménagés de façon sommaire, les passagers dorment sur les ponts dans des hamacs au milieu du bétail et de la volaille embarquée.

Galassa – n.m. – orth. gyassa.

- Barge du delta du Nil avec deux mâts (avec parfois un mâtereau supplémentaire à l'arrière avec une voile de sétie) à voiles latines. Certains auteurs le décrivent comme l'ancêtre du boutre. La proue est surélevée, avec un pont plus haut que le pont principal. Le fond plat est muni d'une quille. (Buisson, Kerchove, Warrington)

Galbaut - Nom donné au pattamar dans la région de Bombay. (Buisson)

Galeao

- Bateau des estuaires portugais pour la pêche aux filets dérivants, entièrement ponté, avec une étrave droite surélevée. Il est gréé avec un mât court penché en avant, avec une voile latine au guindant très court. Ses dimensions moyennes sont de 17 à 22 mètres de long pour 3,3 à 4,5 mètres de large avec un creux de 1 à 1,6 mètre. (Kerchove)

Galéasse - cf fiche

Galeassewer - caboteur allemand à coque similaire à l'ewer, mais avec un gréement de galéasse. (Kerchove)

Galée - syn. galie ; galea (italien, esp. et provençal), galei (hollandais), galleye (danois), galleja (islandais).

- Sorte de galère au 13e siècle et encore en vigueur jusqu'au début du 16e siècle. C'est en fait une forme intermédiaire entre la galère antique et la nef, mise au point par les vénitiens (cent rarames et cent bancs*). On qualifiait de galées, les galiotes, dromons, chats, brigantins et autres galéasses. Elles ne dépassaient pas 40 m de long et 6 m de large. Par rapport à la galère antique, elle porte des voiles latines, le rostre a disparu et les rameurs sont sur un même banc de nage. Ce sera le bateau universel de transport jusqu'à la fin du 15e siècle. (Buisson, Cleirac, Jal)

Galela

- Pirogue à bordage à double balancier, faisant le cabotage et la pêche dans les Moluques, équipée d'une petite cabine. Elle a une petite quille d'une dizaine de centimètres courant sous toute la coque. Ses dimensions moyennes sont de 8 mètres de long pour 2 mètres de large avec un creux de 60 centimètres.  (Kerchove)

Galeon

- Bateau de pêche à la sardine utilisé sur les côtes espagnoles de la Galice et de Pontevedra, gréé en lougre avec deux mâts. Il n'est ponté qu'à l'arrière qui est pointu. Armé par une vingtaine de pêcheurs, ses dimensions moyennes sont de 17 mètres de long pour 3 mètres de large avec un creux de 1 mètre. (Kerchove)

Galeonete - Bateau de pêche portugais ressemblant au galeao, mais plus

petit. Le mât n'a pas de quête. (Kerchove)

Galeotta - orth. galeota – syn. demi-galère.

galeotta (A. Cherini) – Avatar de galère du 16e siècle à quinze rangées de rames, avec deux rameurs par banc. Il a un carrosse arrière très allégé et pas de rambarde à l'avant. De petite taille, il a un seul mât à voile latine, il devait servir d'éclaireur. (NEP172)

Galère  cf fiche.

Galion n.m. – orth. gallion. - syn. galeon, galleon (ang.) ; galyoun, ghaliyun

(arabe) ; galeon (esp.) ; caraque

(port.).

1.         Du 12e siècle au 15e siècle, ce voilier est un compromis entre la nef (vaisseau rond) et la galère dont il se rapproche par le rapport largeur/longueur 1/4 ou même 1/5. Jal note trois tailles de galions. Les plus petits ont parfois une rangée de rames (60 à 80 rames), calqués sur les galéasses. Le galion moyen avait trois mâts verticaux. Les gros galions avait un contre-artimon en arrière de l'artimon, ces deux derniers mâts avaient des antennes. (RM442, Buisson, Jal) 2.         Au 16e siècle, ce sont des navires ronds de commerce armés en guerre par les espagnols et les portugais, plus rarement par les français (des aglions de 60 à 100 tx étaient présents à la bataille de Dieppe en 1555, selon Thieury. Ils sont très connus du fait qu'ils étaient destinés à rapporter l'or, l'argent et les marchandises précieuses que l'Espagne retirait de ses colonies. Mais ce qui a fait leur succès est leur grosse capacité de transport. Le galion mesure en gros 40 mètres de long sur 10 de large avec des superstructures relativement basses. Les galions portugais, que les portugais appelaient caraques, jaugeaient de 350 à 1 000 tx. Les espagnols de l'Invincible Armada armaient des galions de 24 à 50 canons pour 250 à 800 tx. Le gaillard avant en particulier est beaucoup moins volumineux, la poupe devient une poupe carrée à partir de 1550 avec un gaillard partie intégrante de la coque. Parmi les autres innovations, notons l'artillerie installée dans des sabords. Le galion est la préfiguration de notre vaisseau de ligne. (Bonnefoux,Buisson, Blot, Dupuys, Trogneux, Babron) 3.         A la même époque, de nombreux galions de 700 à 800 tx étaient construits par les basques à Passages, Capbreton et Saint-Jean-de-Luz. (Ducéré) 4. dans les textes - "Galion de France, de Malte, d'Espagne, & rambergue d'Angleterre, sont grands navires de guerre" (Cleirac, 1639). - "Gallion, sont des vaisseaux de guerre qui passent 400 tonneaux." (Dassié,1677)

Galiote

- n.f. – orth. galiotte. - syn. saîque (Levant) ; galliot, galiot, bomb ketch (galiote à bombes) (ang.) ; galiot (Allemagne). - étym. du catalan "galiota". 1.         syn. quarter galley (ang.). - Au 12e siècle, la galiote est une petite galère légère et manoeuvrante. On la présente à La Rochelle au 15e siècle plus comme un navire de guerre que comme un navire marchand. Elle a, au 17e siècle, de 16 à 25 bancs avec trois hommes par rame. Elle n'a qu'un mât.  Elle porte des petits canons et est plutôt utilisée pour porter les feux grégeois. (Labraque-Bordenave, Dassié, Rommé, Cleirac) 2.         syn. dutch galliot (ang.); - Navire de cabotage hollandais à deux ponts, de 50 à 300 tonneaux, aux extrémités arrondies, à fond plat et quille, de faible tirant d'eau. La coque a une étrave de clipper avec élancements et un arrière avec un étambot vertical et un gouvernail extérieur. La galiote porte un mât à pible, avec une voile à corne, placé légèrement en avant et un petit mât de tapecul avec brigantine. La tendance naturelle de ces bateaux à dériver au vent est contrecarrée par des dérives latérales. Ils étaient très utilisés y compris en Allemagne et en Scandinavie jusqu'à la moitié du 19e siècle. Ses dimensions moyennes sont de 19 à 24 mètres de long pour 5,5 à 7 mètres de large avec un creux de 3 à 3,4 mètres. (Kerchove,Bonnefoux, Lescalier, Dupiney) 3.         On a vu les galiotes se répandre dans l'Europe du Nord et, particulièrement dans la Manche où leur type de gréement, très dégagé sur l'avant, avait paru convenir à l'emploi des bombes. La marine royale les utilisa avec deux mortiers établis sur une plateforme, dans une écoutille à l'avant du grand mât et de là vient le nom des anciennes galiotes à bombes. Elles furent remplacées au  début du 19e siècle par un nouveau type de navire appelé bombarde. (Bonnefoux) 4.         Une version modernisée de la galiote a été construite par les chantiers allemands après la première guerre mondiale. C'était un bateau en acier à moteur de 40 cv, avec voilure auxiliaire. Il était conçu pour les petits fonds avec son fond plat, ses dérives latérales et ses quilles d'échouage. L'étrave est similaire aux galiotes originelles, l'arrière a un couronnement en forme d'ellipse et un tube de jaumière pour le gouvernail. Le gréement se réduit à une voile d'avant carrée et un tapecul simple. Ses dimensions sont de 31 mètres de long pour 7 mètres de large avec un creux de 2,6 mètres. Avec ces dimensions, le tonnage brut est de 139 tx et permet un port en lourd de 195 tonnes. La dernière galiote fut construite en 1934. (Kerchove) 5.         Bateau fluvial utilisé au 18e siècle à Rouen. Son gréement est fait d'un grand-mât avec grand-voile à corne bômée, trinquette, hunier et deux focs, et d'un mât d'artimon avec voile à corne. Ce bateau avait par ailleurs deux rangs de rames superposés. (Buisson, Berna)

Galiote à bombes - syn. : bombarde ; bomb vessel, bomb catch (ang.).

- La galiote à bombes française était conçue pour tirer sur l'avant, ce qui fait qu'elle n'avait pas de mât de misaine et conservait son seul beaupré. Les deux autres mâts restaient gréés comme ceux des vaisseaux. Pour pouvoir tirer, le grand étai avant était remplacé par une chaîne de fer qui ne brûlait pas avec le feu de la poudre. Les cinq premières galiotes à bombes furent construites simultanément au Havre, à Toulon et à Dunkerque en 1681 par Renau d'Eliçagaray . Les anglais nous imitèrent en 1687. (RM442, Sizaire, Planhol, Buisson, MM55-4, Romme) galiote à bombes

Galiote barbaresque - syn. quarter galley (ang.).

- La galiote barbaresque est aussi une petite galère légère utilisée par les pirates barbaresques et les marines du Levant aux 15e et 16e siècles. La marine royale la classait dans les vaisseaux de bas-bord. Elle a 20 bancs de rameurs sur chaque bord, chaque banc ayant 2 ou 3 rameurs. Les gens l'appelaient parfois birème. (Lescalier)

Galippe - Petite galère du 15e siècle. (Sizaire)

Galisée - Petite galère de course. (Sizaire)

Galliass

– Petit navire anglais de protection naviguant à la voile et à rames. Leur première apparition sur les livres de l'Amirauté date de 1544. Il pourrait s'agir de galions construits plus légèrement dans un but d'économie. Leur armement était considéré comme léger à l'époque avec 6 couleuvrines et un canon. Henri VIII en utilisa 14. Ces bateaux avaient un port variable de 150 à 450 tx. En 1559, plus aucune galiass ne figurait dans la liste de la Royal Navy. (MM55-4)

Gallivat

– Ancien navire de guerre indien à rames et deux mâts. Il avait 6 à 8 canons de trois ou de quatre livres. Il était généralement utilisé comme remorqueur du grab. (MM11-2) gallivat

Galoupille syn. galoubille. - bateau de la Loire.

Galu - Pirogue monoxyle mélanésienne à un balancier de l'île

de Wallis. (Kerchove)

Galupe  – n.f.

galupe 1.         Bateau de transport non ponté de l'Adour, gréé au 17e siècle d'une voile au tiers et d'un foc, et construit à clins. La galupe est à fond plat comme la plupart des bateaux fluviaux avec un arrière carré, légèrement relevé 2.         Au 19e siècle et jusqu'au début du 20e siècle, elle remonte le fleuve, poussée à la perche ou halée, et redescend avec le courant. Elle est gouvernée par un long aviron axial. Sa longueur est variable, de 14 à 25 m dans les exemples que nous connaissons, avec une largeur de 4 à 5 m pour un poids de 15 à 20 tonnes. galupe (photo A. Clouet) 3.        A Bordeaux, les galupes assuraient le transbordement des navires, conjointement avec les gabares, mais aussi du cabotage local, depuis le 14e siècle. Il semble qu’elles étaient un peu plus grandes que les gabares, mais de même conception.  (Buisson, Duron, PP17, Atlas de Colbert, http://www.valdadourmaritime.com )

Galvette n.f. – syn. galveta (ang.).

- Bateau de commerce à deux mâts de la côte ouest de l'Inde (Malabar), avec voiles de chébec. La coque avait une étrave longue et très penchée et un arrière rond à galeries comme sur les anciens vaisseaux. Ses dimensions moyennes sont de 25 mètres de long hors- tout pour 7 mètres de large avec un creux de 4 mètres. Ce petit navire armé de un ou deux canons positionnés en chasse (boulets de 6 & 8 livres, était utilisé par les pirates hindous aux 18e & 19e siècles. (Bonnefoux, Kerchove, Romme, Bourdé)

Galypse - - Bateau de pêche breton au Moyen Age. (Greenhill)

Gangui - n.m. - étym. du provençal "ganguil", du grec "gangamon", petit filet rond.

 – Bateau de pêche méditerranéen pour la pêche au gangui (filet). Il porte un mât avec grand-voile aurique et foc sur bout-dehors. (Buisson)

Ganzara - syn. ganzarollus (bas latin), ganzirra (1038), ganzarola (1379), ganzarolo, ganza ruaolo (it., 1758), ganzera, ganzaruolo

- sorte de barque italienne.

Gaoul

– Navire phénicien du 6e siècle av JC, aux extrémités très inclinées, avec un mât penché en avant. Ce mât porte une voile rectangulaire avec une antenne et une bôme. Le gouvernail est un aviron double à barre horizontale. Plus tard le gaoul adoptera l'arrière relevé en col de cygne, la grand'voile non bômée et un trinquet à voile carrée, silhouette générale reprise par les romains. (Buisson)  gaoul (DR)

Garîb - étym. de ""karabos"".

- Petit bateau arabe portant au maximum une quinzaine de personnes. C'est en fait un terme générique pour tout petit bateau arabe à l'époque de Byzance.

Garookuh orth. garooka,

garukha (ang.).

- Ce boutre a été décrit par l'amiral Pâris au 19e siècle. Cependant on ne retrouve ce nom cité dans aucun auteur du 20e siècle. J.Hornell  a émis l'hypothèse très vraisemblable qu'il s'agissait en fait du zaroug bien connu de nos jours. En effet le "g" arabe se prononce "ghe" ou "dj" selon les régions, ce qui donnerait "djarookuh" qui phonétiquement n'est pas loin de zaroug. Malheureusement cette hypothèse ne tient pas debout au vu du dessin disponible. garookuh

Gat - var. chatte, cat, gate ; gatti (it.) . – étym. de "gattus" (9e siècle), du grec "galé", chat

– Petite galère au 9e au 12e siècle qui grandit avec l'adjonction d'un éperon, jusqu'à devenir plus grande qu'une galère avec 200 rameurs. Elle avait deux gouvernails, formés par des avirons latéraux. (Jal)

Gaulos – Navire phénicien rond de grande largeur.

Gay-boa var. ghe-boa - Caboteur de la région saïgonnaise caractérisé par une forte rentrée du milieu du bateau alors que les extrémités sont évasées.(Trogneux)

Gayna - Bateau fluvial à coque ronde et lisse du Bengladesh. (Greenhill)

Gay-diang - var. ghe-diang.

gay-diang (E. Parîs)

- Caboteur indochinois à trois mâts, de 15 à 20 mètres de longueur, aux extrémtés pointues. Les mâts,

tenus par des haubans en rotin, portent une sorte de voile de houari dont la chute est plus grande que

la longueur du bateau (sur le mât central). Le bateau est ponté avec une cabane sur l'arrière du grand

mât. (Pâris, Bonnefoux)

Gazelle

– Canot des Sables d'Olonne gréé en cotre, pour la pêche au large, suite à la crise sardinière du début du 20e siècle. Il est équipé de tangons pour les lignes à thon. (Buisson, CM23)

Gbanke – Pirogue monoplace de la tribu Susu en Guinée. (Kerchove)

Gebo

Pirogue de la baie de Milne (ancienne Nouvelle-Guinée anglaise), faite de deux pirogues waona assemblées par des espars transversaux. Ces espars étaient recouverts d'un plancher. La pirogue était gouvernée par une pagaïe. (Kerchove)

Geleira - syn. lancha.

geleira - Bateau à moteur pour les passagers du fleuve Amazone à coque en bois.

Ghanjah

orth. ghanja, ghanjah, ghancha, ganja– syn. gunja, ghunja, khansha, ganjawar. Bien que fréquentant les eaux du Golfe Persique, le ghanjah est un boutre essentiellement indien de construction (golfe de Kutch) et armé par des indiens avec un équipage arabe. Ghanjah en exposition sur le port de Sour (Oman) (DR) Ce boutre arabe est une copie du kutia indien avec son étrave inclinée et incurvée et son arrière haut à gaillard comme les baggalas. Le tableau arrière est généralement plus large à la base qu'à la ligne de flottaison, le fond étant pratiquement plat sur l'arrière. Il a deux mâts, rarement un troisième sur l'avant. Le mât principal a une forte quête alors que l'artimon est pratiquement droit. Ses dimensions types sont de 23 à 30 mètres de long pour 6 à 8 de large et 3 à 4 de creux. Il porte de 70 à 200 tonnes. (Clouet, Buisson, MM28-1)

Gharawa – Petit bateau à balancier de Zanzibar. (Warrington)

Ghazi - Bateau fluvial à coque ronde et lisse du Bengladesh. Il est plus étroit et plus rapide que le panshi. (Greenhill)

Ghe-be orth. gay-be  - Grand radeau marin du Vietnam. (Amos, NEP212)

Ghe-manh Ghe-nôc avec un gréement rigide aux voiles compensées pratiquement rigides.

(Amos, NEP212)

ghe-manh (E. Pâris)

Ghe-nôc orth. gay-yew , gay-you, gay-yu

L'amiral Pâris l'avait décrit sous l'orthographe de gay-you (pl. gay-youx) en 1830, orthographe reprise par Kerchove  (gay-yu en anglais) et divers auteurs français jusqu'à l'adoption de l'écriture actuelle – Ce bateau de pêche a très peu évolué dans les quatre derniers siècles et seul l'apparition du moteur aura raison de son gréement. La première description du bateau a été faite par le père Benigne Vachet  au 17e siècle Le futur amiral Pâris en a fait une description minutieuse lors de son expédition sur la Favorite en 1830 et 1831. Kerchove le décrit en 1947 comme un bateau de pêche non ponté du Golfe du Tonkin, à fond plat, fait de bordages sans varangues et liées par  des fibres de coco, remontant à l'avant et à l'arrière. Sa description ne diffère guère des indications données par Pâris un siècle plus tôt. ghe-nôc Ses dimensions moyennes sont données pour 15 mètres de long, 2,70 mètres de large avec un creux de 1,30 mètre. Des lattes cousues sont fixées à l'intérieur. Un semblant de cabine en toit de chaume est situé au milieu. Le gouvernail est dans l'axe, passant dans un puits vertical et profond, servant en même temps de dérive. C'est probablement l'ancêtre du safran compensé. Le côté au vent est contrebalancé par une perche lestée de pierres. Le gréement est constitué de deux mâts avec des voiles au tiers. Une troisième (et même une quatrième) voile carrée peut être gréée pour la pêche par vent léger. Le mât avant, emplanté vers l'avant est le plus petit. Ces bateaux pêchaient avec un filet à la traîne, les funes étant attachées à deux perches gréées de chaque côté du bateau qui dérivait ainsi dans le vent. Le bateau actuel décrit par Amos, n'est guère différent de son ancêtre. Il est fait de cinq bordages, dont l'un sert de bordage-quille, recourbé aux extrémités. Les bordages sont réunis par des chevilles puis par des ligatures aux extrémités formées par un gros nœud formant pomme, coincé dans les cans des deux bordages adjacents. L'arrière est dorénavant ouvert avec un tube de jaumière en tôle pour le passage de l'arbre de l'hélice et possède un gouvernail en tôle. L'avant est moins relevé avec un nez cassé obturé par une plaque de bois clouée sur les extrémités des bordages. La cabine est toujours faite de rotin (vernissé) en forme de panier renversé. Du fait de l'introduction du moteur, les voiles ont disparu.

Ghe-ro - syn. ghe-ta - Petit bateau de pêche d'estuaire en Indochine dont la longueur varie de 2 à 3,30 mètres pour une largeur de 50 cm.

(Kerchove)

Ghe-xuong – Avec leurs membrures extérieures, on surnomme ces bateaux indochinois les bateaux-squelettes. (Amos, NEP212)

Ghosti - Bateau fluvial à coque ronde et lisse du Bengladesh. (Greenhill)

Ghurab syn. grab (Iran). - Ce boutre était une sorte de galère d'origine indienne, utilisé au 16e siècle. Voir aussi grab, peut-être.

Voiliers de travail - (c) tous droits réservés 2016-2018 - contact : dossiersmarine@free.fr
plan de galion