Voiliers du monde
Brigantin

- étym. de l'italien "brigantino", petit navire rapide, "brigante"", brigand, de "brigantino", petit brigand - orth. Brigandin, bregantin, bergantes (15e).

- syn. demi-galère, celox, myoparo, brig, brick, brique ; brigantine, half-brig, hermaphrodite brig (ang.), bergantin (port.), bregantin (prov.).

1. La première mention écrite du brigantin serait du poète bordelais Ausone au 4e siècle, selon Labraque-Bordenave. Ausone parlait ainsi des fermiers habitant le long de la Garonne : "Il négocie par terre et par mer; barques, bateaux, chaloupes, brigantins, le promènent sur le Tarn et la Garonne. (Dictionnaire de l’Océan, Dassié, Nicot, Dupuys, Lescalier) 2.  Type de galère connu déjà au 15e siècle. Estienne (1539) le décrivait comme un navire rond synonyme de gallion Les rhodiens l'appelaient aphracte au 16e siècle. Le brigantin était alors utilisé par la plupart des marines du Levant et figurait parmi les vaisseaux de bas-bord (bien que Dassié en 1695 le décrive aussi comme navire rond)de notre marine royale entre la frégate (plus petite) et la fuste (plus grande). Il avait ainsi 10 à 15 bancs (ou 8 à 10 selon le jésuite portugais Frois en 1585) sur chaque bord avec un rameur par banc et une voile latine. Le brigantin survécut sous cette forme en Turquie jusqu'au 19e siècle. Il était surtout destiné à la course côtière (dimensions moyennes : L : 17 m, B : 3 m, C : 1 m) et était armé au 17e siècle de pierriers. Du côté occidental, il évolua en perdant petit à petit sa fonction rames. Il portait alors deux mâts avec mât de misaine gréé à trois voiles carrées et dont le grand mât légèrement incliné en arrière, portait une nouvelle voile à corne (que l'on appellera brigantine au 19e siècle), surmontée d'un flèche et enfin un perroquet de beaupré, C'est cette brigantine qui va le différencier du brick-goélette. Lors des manœuvres ou des grains, elle ne se carguait pas mais s'amenait. Le brigantin sera remplacé, avantageusement selon Bonnefoux et Pâris, par le brick. Il avait un port allant jusqu'à 200 tx (voire 500 tx selon certains auteurs). A l’époque, on l’appelait souvent corvette bien que cette dernière ait normalement trois mâts. Ce bâtiment fut très utilisé par les anglais. (Sizaire parle d'un hunier au lieu d'un flèche ?, Kerchove, Gueroult du Pas, Buisson, Bonnefoux, Labraque-Bordenave, Fournier, Vial de Clairbois, Lesclier,  MM81-1) 3. Le terme a aussi été utilisé aux 18e et 19e siècle en Ligurie. Le brigantino était un deux-mâts gréé carré comme le brick, mais avec la grand'voile carré en moins.(Delis) 4. Il semblerait que les bateaux bermudiens se soient aussi appelés à leurs débuts, brigantins.  (Javault NEP73, Macaire) 5. On retrouve enfin le brigantin en Amérique, là où étaient implantés les français; Au Canada, il portait une voile carrée sur mât de misaine et une voile latine sur le mât principal. Il était utilisé aussi bien en course que comme navire de pêche. De même en Louisiane où le brick servait au transport au début du 18e siècle. Il était conduit par une douzaine d’hommes, et son tonnage avriait de 15 à 70 t. (Greenhill). 6. Au 17e siècle, le lac Léman avait aussi son brick. Equipé de 5 à 8 avirons par bord, il naviguait aussi à la voile avec un mât unique à voile latine. Ce type évolua à la fin du 19e siècle avec un deuxième mât, lui aussi à voile latine, pour devenir la fameuse barque du Léman (voir ce nom). Le brick d’origine était un navire de guerre pouvant porter de 25 à 50 hommes (soldats compris). Ses dimensions moyennes étaient : de 14.6 à 20 m de long pour 3 m de large. (Greenhill). brigantin vers 1800 dans les textes : "Petit bâtiment à un ou deux mâts, à un seul pont, dont le gréement ressemble à celui du brick. À l'origine, les brigantins allaient à voiles et à rames." (Ac. Fr., 1986). “"Brigantin, est une certaine espece de vaisseau de dix à quinze bancs, & autant de rames à chacun, garny de perriers servant pour aller en course." (Dassié, 1677)  " 1..Petit bâtiment à un ou deux mâts, gréé comme un brick, et qui n'a qu'un pont. -  2   Petit vaisseau plat, léger et ouvert, qui va à la voile et à la rame, et qui sert à combattre ou à donner la chasse. (Littré, 1863)   “Une maniere de vaisseaux courans, lesquels on nomme brigandins" (Froissart, 15e)   "Il ne laissa point de se mettre à la voile avec trois briguantins de la Grece et autant de galiottes rhodiennes" (Amyot, 16e)   “Petit bâtiment à un ou deux mâts, gréé comme un brick, et qui n'a qu'un pont (Ac. Fr. ,1835)   “Sorte de petit Vaisseau à voiles et à rames pour aller en course (Féraud, 1788).   “Sorte de petit vaisseau à rames pour aller en course. "Courir la mer avec un brigantin".” (Ac. Fr., 1694) 
Voiliers de travail - (c) tous droits réservés 2016-2018 - contact : dossiersmarine@free.fr